Décryptage - 25 mars 2015

Les trackers d’activité, au service de notre santé ?

Bracelets, smartwatches, balances connectées… difficile de ne pas succomber aux sirènes des objets connectés santé. Aujourd’hui, un peu plus d’un français sur dix (13%) en possède un. Mais quels bénéfices réels peut-on en tirer de ces outils ? Sont-ils vraiment efficaces ?

 

Cela ne vous a certainement pas échappé, les « wearable devices » ou « objets que l’on peut porter » se multiplient. Et la tendance n’est pas prête de s’inverser, puisque les spécialistes prédisent pas moins de 80 milliards d’objets connectés dans le monde d’ici 2020 !

Plébiscités par les sportifs et les adeptes du « corps sain », ces dispositifs s’avèrent très utiles pour mesurer ses performances et atteindre ses objectifs sportifs notamment. Ces critères constituent d’ailleurs les principales motivations d’achat d’un « tracker d’activité » pour les français, qui sont respectivement :

  • La pratique plus régulière d’une activité sportive à 54%
  • L’amélioration de leur forme physique à 53%
  • L’adoption d’une alimentation plus équilibrée à 47%*

*source : Etude La Poste-opinionway réalisée du 17 au 18 décembre 2014

Le « quantified self » s’impose comme la nouvelle tendance : le corps est mesuré en temps réel par des objets, via des métriques clés comme le nombre de pas, les calories dépensées, le pourcentage de graisse… Si ces objets ne prétendent pas évaluer notre niveau de bien-être ou notre santé globale, leurs constructeurs vantent leur participation à l’amélioration de notre forme physique.

Ces promesses semblent tenues dans la réalité : une étude américaine parue dans le Journal of the American Medical Association a démontré que les utilisateurs de trackers d’activité effectuaient en moyenne 2183 pas de plus par jour et 26% de sport en plus que les autres. Les utilisateurs ont également observé une diminution de leur Indice de Masse Corporelle de 0,38 points et une baisse de leur tension artérielle.

Ces chiffres pourraient toutefois être liés au fait que ces objets sont majoritairement achetés par des personnes attentives à leur forme physique à la base.

Du côté des professionnels de santé, ils sont 93 % à estimer que les objets connectés contribuent à la prévention des risques de santé publique majeurs que sont l’obésité, le diabète ou encore l’hypertension, d’après un sondage publié par l’institut Odoxa.

Les wearable devices restent des innovations récentes utilisées par une minorité de personnes. Il en résulte un manque de recul certain pour conclure de façon catégorique sur leur efficacité. Rendez-vous dans quelques années pour des résultats éprouvés !

Et vous, possédez-vous un ou des objets de ce type ? Que pensez-vous de leur efficacité ?


Ils en parlent…

Donnez votre avis

avis global

Enthousiasmant

3.68

38 avis

 

Commentez cet article